Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 09:04
Partager cet article
Repost0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 14:20

Votre serviteur a été en vacance , avec quelques jours de retard je diffuse cette video
sur le droit des femmes
Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 21:32

L'UMP, machine à perdre.

 

Puisque l'UMP ne peut pas résoudre les problèmes des Français, elle invente de nouveaux problèmes auxquels elle pourrait répondre.

On sera assez d'accord pour dire que le problème principal des Français, et qui les touche, c'est avant tout la crise : un chômage qui a galopé et qui galope, des hausses de prix sans hausses de salaires, des solutions de plus en plus rares, des services sociaux (hôpitaux, police, justice, école) de moins en moins efficaces et ayant de moins en moins de budget.

Ca fait bientôt 4 ans que Nicolas Sarkozy est Président et la situation, loin de s'atténuer, a empiré à force de faire croire que des plans de suppression était de la "modernisation" (la fermeture d'hôpitaux alors que le nombre de lits baisse sporadiquement) des réformes de la fiscalité qui ont amaigri les recettes de l'état, des n-ièmes lois sur la sécurité qui ont juste augmenté le mille-feuille judiciaire, etc...

Alors comment se faire réélire, alors que le bilan est un échec ? Peut-être en s'inventant de futurs problèmes sur lequel aucune solution concrète n'existe, mais qui font "bien" de fustiger.

Ainsi, on nous fait croire que la "laïcité est en danger" : la faute à quelques excités qui prient dans la rue, mais qui donnent une "image" bien pratique. Si quelqu'un avait donné un local, on en serait pas là. Aujourd'hui, le Président nous fait un bon petit discours dans lequel il enracine la chrétienté dans la France, l'héritage chrétien comme fondement de notre nation.

On s'invente un problème : 35 % des Français croient en Dieu. Si les églises se vident et que la religion catholique est de moins en moins présente, ça n'est pas parce que les Français deviennent musulmans : c'est juste que tout le monde devient plus ou moins athée. D'ailleurs, la troisième génération maghrébine de ce pays est devenue athée, là où leur grand parents étaient croyants.

De même, on nous fait croire que le "multiculturalisme" est un échec, et j'ai même vu des amis de gauche s'engouffrer dans cette remarque tarte à la crème, en imaginant une culture maghrébine mangeant une culture chrétienne. C'est idiot, parce que justement, le terme "multi" ça veut justement dire une mise côte à côte de différentes cultures : c'est par exemple le fait que vous ayez le choix d'un repas dans une pizzeria (tenue par une personne d'origine arabe) un restaurant thaï (tenu par un Chinois) ou un fast-food américain (tenu par un Français.)

Et puis, mettez-vous ça dans la tête. Le multiculturalisme n'est ni une réussite, ni un échec : c'est un FAIT. Nous sommes dans un monde urbain traversé par différents mouvements culturels qui se croisent, que vous le vouliez ou non. Ha, et la culture ça n'est pas non plus "l'origine" d'une personne, ça peut-être ses influences musicales (la culture rock et la culture rap), sociales (la culture ouvrière et la culture bourgeoise), sexuelles (la culture gay), autres (la culture geek, la culture littéraire, la culture Web)

En mettant en avant un multiculturalisme qui est "un échec" Nicolas Sarkozy peut toujours regretter une époque où tout le monde était dans sa "case" (les ouvriers avec la culture ouvrière, les paysans et leur culture paysanne) mais le monde a changé suite au développement des moyens de communications et à l'urbanisation.

De même, lorsque la stratégie de l'UMP pour dégommer un potentiel candidat du PS est de dire qu'il n'est pas proche "de la France des terroirs" on se demande si on est dans la même époque : Ca fait maintenant 60 ans que ce pays est urbanisé et que la plupart des Français se trouvent en ville. La "vraie France" prônée par Jean-Pierre Pernault, celle des "racines" c'est bien gentil, mais c'est juste une minorité.

La France des petits villages, c'est une France déserte où les jeunes s'ennuient à crever, minés par un chômage galopant, et je ne parle même pas de la crise du monde paysan, pris à la gorge par les supermarchés et auquel on ordonne de se soumettre à une mondialisation totalement impossible.

Ce qui est bien, c'est que ces "problèmes" seront encore là lors de la présidentielle :

1) La laïcité en danger : A moins de faire disparaître 6 millions de musulmans d'un seul coup, il suffit qu'il y ait 3 excités qui hurlent Allah Ouakbar, et la droite remonte dans les sondages.

2) Le multiculturalisme : Il sera toujours là. Il y aura toujours des français d'origine étrangère, à moins qu'on vive en autarcie, et de soumettre tout le monde à une SEULE et UNIQUE culture (Johnny Halliday à la radio tout les jours et interdiction des jeux vidéos pour supprimer les geeks ?)

3) La France du terroir : A moins de délocaliser tout les Français en ville, les politiciens seront contents de visiter des petits villages, de manger des produits "locaux" et de les vanter, tout en oubliant la sinistrose des petits villages, immense mouroir à vieux.

Ca donne l'impression que la fameuse "droite décomplexée" vit dans une autre époque, une époque sans internet, une époque où tout le monde vit dans un petit village et que "M. Le curé" a la même place que celui de "M. L'instituteur". Une France qui n'existe plus.

L’auteur

 

source:   LEPOST

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 19:21

Je pense que François Hollande a dit à Dominique Strauss-Kahn que, pour lui, il était clair qu'il se présenterait aux primaires socialistes", a déclaré ce proche de l'ex-patron du PS.

 

François Hollande et Dominique Strauss-Kahn (AFP)

Stéphane Le Foll, proche de François Hollande, a assuré, vendredi 25 février, que lors de sa rencontre avec Dominique Strauss-Kahn dimanche, l'ex-patron du PS avait exprimé sa ferme intention de se présenter aux primaires, même si DSK était candidat. "Je pense que François Hollande a dit à Dominique Strauss-Kahn que, pour lui, il était clair qu'il se présenterait aux primaires socialistes", a déclaré l'eurodéputé PS sur i-Télé et Radio Classique. Même si DSK se présente? "Mais bien sûr", a répondu l'ancien chef de cabinet de François Hollande lorsque ce dernier était premier secrétaire du PS. "Les primaires qui avaient été choisies par la direction du PS pour faire un choix en dehors des jeux d'appareils, doivent avoir le rôle qui leur était destiné, c'est-à-dire ouvrir un débat, permettre un choix et après, surtout, assurer le rassemblement" en vue de la présidentielle de 2012, a-t-il dit.

 

 

SOURCE :(Nouvelobs.com)

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 19:07

Benoit Hamon: le problème de la politique étrangère de la France » c’est Sarkozy

Publié le 27 février 2011 par ghislainedane

 

Benoît Hamon, a estimé dimanche que le départ attendu de Michèle Alliot-Marie du gouvernement constituait « une fin assez logique ». « Nous réclamions, au PS, sa démission depuis quelques semaines. On a pu mesurer le conflit d’intérêts dans lequel était Madame Alliot-Marie lors de sa visite en Tunisie. C’est la fin d’un épisode qui ne paraît pas très glorieux. Elle aura montré une forme de myopie ou d’aveuglement en essayant de se justifier sur le bien-fondé de sa visite », a déclaré Benoît Hamon, invité du Forum de Radio J.

« Il fallait qu’elle démissionne, mais je crois que le problème de la politique étrangère française, ce n’est ni Madame Alliot-Marie, ni Alain Juppé, ni qui que ce soit d’autre. C’est Nicolas Sarkozy. C’est lui qui a choisi d’aligner la politique étrangère de la France sur les États-Unis en intégrant le commandement militaire intégré de l’Otan, c’est lui qui a affaibli les moyens matériels de la diplomatie », a accusé le porte-parole du PS. Le chef de l’État a mené « une politique étrangère qui nous aura marginalisés à la fois dans le monde arabe, mais aussi en Afrique noire », a-t-il ajouté en évoquant un « ratage » et un « fiasco total

Partager cet article
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 15:21

 

 Le Pacte électrique breton en action 

Eoliennes en mer

 

Fruit des travaux de la Conférence bretonne de l’énergie, un "Pacte électrique" a été signé, le 14 décembre 2010 à Rennes, entre l’État, la Région*, l'ADEME, l'ANAH et RTE**. 

Cette démarche inédite répond à la spécificité énergétique de la Bretagne et aux objectifs du Grenelle de l'Environnement. 

 

Le Pacte breton repose de manière indissociable sur trois axes clés  :

 

maîtrise des consommations d’électricité,

développement des énergies renouvelables 

 sécurisation de l’approvisionnement électrique.

 

Pour répondre durablement aux enjeux électriques bretons, des objectifs chiffrés, un plan d’actions détaillé et multi-partenarial, des moyens financiers dédiés, ont été définis pour chacun de ces axes : 

- l'ambitieux programme de maîtrise de l'énergie  prévoit de diviser par 2 à l'horizon 2015 (-950 Gwh) puis par 3 à l'horizon 2020 (-1200 Gwh) la croissance annuelle de la consommation bretonne d'électricité.

- le déploiement massif des énergies renouvelables  mobilisera tous les types de filières (éolien terrestre et offshore, énergies marines, photovoltaïque, biomasse...) et vise à avoir une puissance installée de 3600 MW en 2020.

- la sécurisation de l'approvisionnement électrique  passe par une solution globale de renforcement du réseau de transport d'électricité et des moyens de production mais aussi par l'expérimentation à grande échelle des réseaux électriques intelligents.

L’année 2011 sera donc consacrée à la mise en œuvre concrète du Pacte et à son suivi, en lien avec tous les acteurs prêts à s’engager sur le territoire : collectivités, opérateurs, professionnels, etc. 

 

 après vote favorable de l'Assemblée régionale

 

 

pacte electrique breton 

par ps-guipavas.over-blog.com

 

lien

http://www.bretagne.pref.gouv.fr/Espace-participatif/Le-Pacte-electrique-breton

Partager cet article
Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 11:47

                                      5062957584_3e3c5227e7.jpg                                                                          

Les "éléments de langage" anti-DSK ont donc été rôdés ces derniers jours par l'UMP, de Christian Jacob, qui a donné le signal de la curée, à François Fillon, Premier ministre; en passant par Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP.

La ficelle est bien grosse : "DSK est l'homme de l'étranger qui ne connait pas la France, qui vit loin d'elle, mange dans la vaisselle d'or du FMI et n'a pas assez de terre de France attachée à ses semelles, le tout en cristallisant la repulsion quasi-instinctive des gens de chez nous pour son manque d'expertise des produits du terroir". En deux jours, la droite française nous a servi le couplet que Blum et Mendès-France entendirent en leur temps. Comme le temps passe...

On notera d'ailleurs que les stratèges en éléments de langage de l'UMP ne sont pas à une contradiction près. Si DSK est à ce point éloigné de la France et des Français, pourquoi nous bassiner avec l'idée qu'il doit demeurer au FMI pour y défendre les intérêts de la France et des Français, puisqu'il ne les connait pas ? Lagarde et Baroin vont devoir accorder leur violon avec celui de Jacob et Copé.

Ces deux derniers jours, j'ai eu l'occasion de débattre (à Europe 1 et sur I télévision) avec des journalistes représentants de titres conservateurs : le Figaro et Valeurs actuelles. Les deux ont défendu becs et ongles ce qu'avait dit Christian Jacob, jugeant qu'il n'avait fait que dire la vérité. J'en ai été sidéré tant ils n'avaient pas l'air de saisir la portée de l'abjection qu'ils étaient en train de défendre avec légèreté et entrain au nom de la lutte contre "le politiquement correct". "On a le droit de tout dire", "Le PS s'offusque de pas grand chose", "Vous voulez criminaliser le débat public" etc.

Il ne faut pas s'y tromper. Jacob, Fillon, Copé et les relais journalistiques de la thèse "DSK n'est pas de chez nous" ne sont pas antisémites. L'erreur du PS serait d'ailleurs de trop concentrer le tir là-dessus. Les communicants du PS feraient mieux de poser le problème autrement. Car d'une certaine façon, ce que fait la droite française à travers ses porte-paroles politiques et journalistiques est presque pire que ce que faisaient leurs ancêtres. Oui, ils jouent avec des clichés qui renvoient aux plus lamentables campagnes des années 30 ou 50 menées contre des personnalités comme Blum, Salengro ou Mendès-France. Ils sont, au choix, tragiquement inconscients ou délibérément cyniques. Dans le premier cas, ils ignorent les plus terribles leçons de l'Histoire, dans le second cas, ils les méprisent. C'est bien cela qui les rend bien plus odieux que leurs prédécesseurs... Comme le temps passe...

L’auteur

Bruno Roger-Petit

Chroniqueur invité

 

Publier par le post

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 15:51
Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 15:23

LIEN:          http://fr.myeurop.info

 

Par  

L'émission quasi-coproduite par TF1 et l'Élysée "Paroles de Français" avec un panel de citoyens triés sur le volet face à Nicolas Sarkozy, est inconcevable ailleurs en Europe. Il n'y a pas d'émissions spéciales pour les chefs des gouvernements et, pendant les campagnes électorales, les candidats s'affrontent en direct selon des règles très précises.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 15:24
Partager cet article
Repost0