Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 14:02

 tour d'horizon de ceux qui visent 2012.

Hollande : L'ex-numéro un du PS s'est officiellement déclaré le 31 mars "candidat à l'élection présidentielle" après des mois de faux suspense, ignorant les attaques des partisans de Dominique Strauss-Kahn et de la direction du Parti socialiste. Dans un discours de sept minutes prononcé à Tulle, son fief de Corrèze, l'ancien premier secrétaire du PS s'est lancé dans la course à l'investiture socialiste en affichant sa volonté de "mettre la France en avant", une formule qui sonne comme un slogan de campagne.

Royal : L'ancienne candidate à l'Elysée a longtemps entretenu le suspense sur ses ambitions présidentielles. En annonçant sa candidature, fin novembre, dans un entretien à deux quotidiens régionaux, la présidente de Poitou-Charentes rompt le "pacte" de "présidentiables" que Martine Aubry disait former avec elle et Dominique Strauss-Kahn et précipite les événements au PS.

Montebourg : Ce n'était déjà plus un secret pour personne. Arnaud Montebourg a officialisé en novembre sa candidature aux primaires présidentielles du PS. Pour son "discours de candidature", le député de Saône-et-Loire a convié partisans et journalistes dans son fief de Frangy-en-Bresse. A 48 ans, l'ancien porte-parole de campagne de Ségolène Royal entretenait un vrai-faux suspense sur sa candidature depuis l'été. "Si j'y vais c'est pour gagner", avait-il déclaré dans Libération en septembre, présentant son livre-programme, Des idées et des rêves. Comment bâtir la nouvelle France. Arnaud Montebourg est le principal promoteur au sein du Parti socialiste des primaires.

Valls : Il est le premier à s’être déclaré publiquement. Manuel Valls est entré dans la danse, en juillet dernier, en envoyant une lettre aux 12.000 élus et responsables socialistes pour obtenir leur parrainage. "Seule l’élection présidentielle permettra le changement. Et c’est à ce rendez-vous de 2012 que je me prépare", assurait-il alors sur Europe 1. Pour se tailler une place parmi les éléphants du parti, l’élu socialiste de l’Essonne répète à l’envi qui il y a une "place pour la nouvelle génération". Manuel Valls est souvent très critique à l’égard du PS et sa première secrétaire, Martine Aubry, notamment sur le dossier des retraites et de l’égalité réelle.

 

souce nouvelle obs

Partager cet article
Repost0

commentaires